Les procédures administratives ont toujours ont été un obstacle majeur pour le développement de certains secteurs en Tunisie, notamment lorsqu’il s’agit du marché des boissons alcoolisées où une licence d’alcool est plus que nécessaire pour pouvoir exercer une telle activité sur le territoire.

La complexité de la régulation en vigueur peut rendre la tâche de s’offrir une bouteille de vin ou quelques bières, dans certains cas, une épreuve pénible pour certaines personnes. D’où la nécessité d’introduire de profondes réformes pour répondre à la demande de la population.

« Après la suppression de la loi permettant la distribution du Tabac, nous allons réviser 30 autres dont celle qui régit la vente d’alcool », a déclaré Ali Kooli, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Appui à l’investissement. «Il n’est pas logique de perdre sa licence pour débits de boissons et Restaurants avec boissons alcoolisées  en cédant son établissement », a-ajouté le ministre dans une interview accordée à la chaîne « Carthage Plus ».

 

 

6 COMMENTS

Comments are closed.