Waxlab, Downtown Vibes et Acetate sont-ils les nouveaux poumons de la musique électronique tunisienne ?

0
17
Il est peut-être encore tôt pour faire un bilan de cette saison estivale de la scène électronique tunisienne, mais du moins que l’on puisse dire, à part quelques événements en parcimonie, très peu ont tiré leur épingle du jeu. Cet été, un seul festival de musique électronique réussi « Fairground » alors que l’année dernière nous en comptions trois. Une seule grosse tête d’affiche, Joseph Capriati. Ce qui est sure la forme usuelle club, festival ou grand événement n’est plus beaucoup au rendez-vous. Mais ce n’est pas le sujet de cet article.
Aujourd’hui, nous voulons mettre le doigt sur d’autres alternatives qui sont peu à peu en train de faire leurs preuves et redynamiser la scène électronique tunisienne. Plus communément, on leur donne le nom de concept, mais ce dernier un reste un phénomène de mode. Le terme le plus adéquat serait des mouvements, une pensée. Ces mouvements ont le nom de Wax Lab, Downtown Vibes ou d’Acetate. Mais qu’y a-t-il de différent dans ces événements ?
Lorsqu’on décide d’assister à un de ces événements, on n’y va pas seulement pour écouter du bon son, ou juste passer un moment convivial entre potes. On y va pour faire partie d’une communauté, d’un état d’esprit, une pensée commune où la musique électronique n’est pas juste une musique qu’on écoute, mais bien une philosophie et une idéologie pour tout ce qu’elle représente et ça se prouve à travers la programmation où chaque artiste a une symbolique et où le cadre et le lieu sont spécifiquement pensés. Creusons un peu plus dans chacune de ses idées.
  • Acétate : Tout juste nouveau-né et un seul évènement à son actif, mais présente déjà des signes de la bonne conduite musicale. Un seul invité Jeremy Underground, un nom qu’on aurait peut-être jamais pensé voir en Tunisie et pourtant, cet évènement a pu booké dès son premier épisode. Un artiste, qui, comme son nom l’indique, est « Underground ». On va zapper l’affaire du Saungate qui a fait couler beaucoup d’encre et se concentrer sur les prestations de 4 à 6h de musique de dingue et de chineries. Jeremy underground est aussi connu pour ses B2B qu’on a écouté en boucle avec Kerri Chandler et Motor City Drum Ensemble. Si acétate continue d’inviter des artistes de la sorte, l’avenir ne peut qu’être radieux pour eux et pour la scène électronique.

    WaxLab : Le waxlab souffle sa première bougie et déjà à son actif une pléiade d’évènements avec Gescu, Sepp, Alci. WaxLab est un laboratoire où des expériences et des essais musicaux ont eu lieu. Les participants se retrouvent dans leur bulle et partagent un moment scientifique où les artistes testent leurs sons que nous retrouvons très peu dans les autres concepts. Dernier événement en date qui le prouve, Priku et Arapu, deux artistes roumains qui sont venus jouer leur micro house. Une musique symbole de tout un pays et dont les tunisiens raffolent mais n’ont pas toujours l’occasion d’y prendre part. Le waxlab le leur permet. Et pour le dernier épisode estival, le Waxlab a prévu de fêter son premier anniversaire dignement avec une artiste de choix « Sonja Moonear ».

  • Downtown Vibes : Le plus ancien de ce trio et qui n’a plus grand-chose à prouver. Downtown Vibes se construit depuis 2011 et enterre de plus en plus ses racines dans la scène élèctronique tunisiene. Downtown Vibes ne s’arrête pas à ses soirées sur un toit. Le Wax Day, la journée des vinyles ou les diggers et les amoureux de musiques houses peuvent trouver des pépites sur galettes est aussi une des actions qui singularise ce concept. Dernière nouveauté en date, « Eddisco », un record store privé ou des sets de streaming sont filmés. Le plus impressionnant est que Downtown Vibes est parvenu à créer une communauté autour de cette idée et de faire vibrer un esprit house music et faire souffler un vent underground dans la scène tunisienne. Coup de tonnerre, Downtown Vibes invite Terrence Parker. Quand on parle de la légende de la musique house, Terrence Parker est certainement dans le top 5. Originaire de Detroit, là où tout a commencé, bientôt 40 ans de carrière musicale. Si Terrence Parker accepte de jouer en Tunisie pour Downtown Vibes, ce n’est pas un hasard. Le son underground tunisien a résonné aux oreilles de l’underground de Detroit. C’est un honneur de le retrouver le 17 août au Wax bar. Evènement risque d’être historique.
Acetate, Waxlab, Downtown Vibes ont fait et font leurs preuves sans vraiment avoir de grands budgets mais en assurant des prestations de qualité et surtout ils ont su développer une idée et une politique de la musique, assurant ainsi la longévité de la scène en Tunisie.
Ce qui est encore plus encourageant, c’est que le public tunisien, en tout cas une certaine catégorie, est à l’affût de nouvelles expériences de ce genre sortant des sentiers battus et ne tombent pas la facilité de revoir des événements qui se ressemblent.

 

 

Commentaires

commentaires