Berlin : un parti d’extrême droite appelle à la fermeture du Berghain

0
35
À Berlin, la capitale allemande, on peut trouver des politiciens qui défendent bec et ongles la culture techno, comme c’était le avec Georg Philipp Kössler, un membre du parti « Greens », qui avait appelé le Sénat de la ville à apporter une contribution de 1 million d’Euros aux boîtes de nuit de la ville pour les aider à insonoriser leurs établissements, mais aussi ceux qui menacent la pérennité de la capitale mondiale de la techno comme l’ Alternative pour l’Allemagne, le parti d’extrême droite, qui vient d’appeler à la fermeture de ce lieu mythique reconnu par le tribunal administratif de Berlin-Brandenburg comme un lieu de « Haute Culture ».
Berghain, la Mecque de la techno, devra perdre son permis, selon une  demande officielle déposée au bureau de district de la capitale allemande au nom du parti populiste, l’Alternative pour l’Allemagne, rapporte le quotidien britannique « The Guardian ».
La demande de l’AFD exige la limitation des horaires d’ouverture de l’établissement, de 22 à 6h du matin, et, par conséquent, de manière à s’aligner sur le rythme circadien naturel et la suppression de l’activité sexuelle dans les « dark rooms » du club par l’utilisation d’un éclairage approprié et personnel.
À travers cette demande, l’AFD a fait référence à la mort d’une américaine de 30 ans, morte d’une overdose au « Berghain », il y a un an, et affirme que la politique du club de rester ouvert en continu incite les gens à utiliser davantage les amphétamines.
Sybille Schmidt, conseiller municipal et auteur de cette demande, a suggéré aux promoteurs d’événements du Berghain de tirer des leçons des clubs de Manchester, Londres et Rio de Janeiro afin d’améliorer la politique de la porte.
Cette action, qui a déclenché une vive polémique, a poussé Frank Hensel, un délégué de l’AFD à l’assemblée, de prendre ses distances par rapport à la demande de Sybille Schmidt, affirmant que ce dernier est « indépendant » et ne peut pas parler au nom du parti ».
Crédit photo : The Guardian / Alamy

 

Commentaires

commentaires